La prévention coûte t-elle moins chère que les traitements de chimiothérapie, qu’en pensez-vous?

J’ai entendu l’expression suivante: il y a deux genres de personnes: ceux qui prennent les meilleurs suppléments nutritionnels aujourd’hui, et ceux qui prennent la chimiothérapie…plus tard.

Bien que je la trouve un peu exagérée, elle suscite néanmoins la réflexion suivante: si la chimio est couverte par l’assurance du patient on penserait que oui, il y a économie. Toutefois les suppléments peuvent l’être aussi dans bien des cas. Évidement il n’y a pas de garantie d’éviter le cancer en prenant  même les meilleurs produits sur le marché, mais des études sérieuses de l’université Harvard ont rapporté une diminution de 8% de cancer pour ceux ayant pris des suppléments.  L’information médicale et sa pratique n’encouragent pas la nutrition adéquate ni la prévention en générale, c’est la responsabilité de tous et chacun.

A mon avis, la prévention par un style de vie sain (une alimentation saine, sommeil suffisant, faire de l’exercice, vivre une vie satisfaisante etc.) et prendre les meilleurs suppléments nutritionnels qu’on puisse trouver sont les seules assurances santé qui existent puisqu’une fois malade, la médecine brevetée ne guérie qu’un très faible pourcentage des cas. Les rares succès se mesurent si le patient survit 5 ans.

Pour ceux qui veulent comparer les coûts de la prévention à ceux de la chimio, il me semble évident que les frais payés en stress, en perte de travail et tous les nombreux autres frais sont bien supérieurs à 200$ par mois.

De plus, être conscient d’avoir mis toutes les chances de son coté donne une tranquillité d’esprit et donc une qualité de vie supérieure, qualité dont le prix ne saurait être quantifié en dollars.

Investir dans sa santé par la prévention me semble un des meilleurs investissement que quelqu’un puisse faire. De nos jours, avec toute la connaissance disponible à ce sujet, le risque de ne pas le faire est énorme.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.